Déjà 10 ans ! Drawing Now Paris, le salon du dessin contemporain, a fêté sa dixième édition. C’était du 30 mars au 3 avril dernier dans ce lieu superbe qu’est le Carreau du Temple.

Chaque année, Drawing Now Paris propose à un public de collectionneurs, professionnels et amateurs d’art de découvrir toute la diversité du dessin contemporain et de ces 50 dernières années.
74 galeries internationales étaient choisies par un comité de sélection indépendant pour présenter les dessins de plus de 400 artistes.

Une édition très qualitative cette année

Cette année, le parcours Master Now offrait à 10 galeries l’opportunité de sélectionner une œuvre de leur choix, celle qu’elles considèrent comme véritable chef-d’œuvre contemporain. Ces œuvres étaient mises en valeur par une signalétique spécifique sur fond noir, créant ainsi un parcours au sein même du Salon.

Et elle était réussie cette dixième édition ! Bien plus intéressante et qualitative que l’année dernière.

Eva Grün

Claire Trotignon, No Trestle, standard 2016

The Kid, God is dead, Number II, 2012

Nous y avons d’ailleurs découvert de très belles pièces, notamment une œuvre de Johann Rivat (ci-contre), représenté par la galerie Metropolis. Nous connaissions déjà son travail sur le thème de la résistance et ses œuvres aux scènes apocalyptiques.

Coup de coeur pour Nidhal Chamekh

Mais notre coup de cœur incontestable est pour Nidhal Chamekh, artiste tunisien de 31 ans, parisien d’adoption (ci-dessous). La pratique artistique est pour lui quelque chose de vital, le poussant à se poser toujours la même question  : « Comment exprimer cet insaisissable qu’est la réalité ? Ainsi, à mon sens, le seul devoir d’un artiste est de créer de nouvelles formes capables de rendre compte du monde qui nous entoure et ainsi le dépasser. » Sa création puise dans toutes les époques et confond les espaces et les cultures. Il décortique l’histoire contemporaine et recompose sa vision de la réalité dans ses dessins. Nidhal Chamekh avait été une des révélations de la Biennale de Venise 2015. C’est assurément un artiste que l’on suivra de très très près.