Sur cinq salles aux ambiances et à la scénographie remarquables et à travers plus de 350 clichés, l’exposition propose de rentrer dans l’univers d’Alber Elba, le couturier et directeur artistique de la maison Lanvin.
L’atelier, les créations, les essayages, les défilés, le travail des petites mains, tout y est.

En deux dimensions essentiellement, puisque nous sommes à la Maison de la Photographie, mais avec une matérialité très forte et l’impression de pénétrer dans l’intimité même du travail de l’artiste.

« l’impression de pénétrer dans l’intimité même du travail de l’artiste »

Albert Elbaz / Lanvin. Manifeste

Ce ne sont pas des photos de mode qu’on a sous les yeux, mais des photos sur la mode.

Les œuvres de But Sou Lai, Katy Reiss, Juliette Da Cuhna, Alex Koo, Marc Leibowitz et James Bort illustrent la fabrication des collections, saisissent sur le vif le quotidien de la maison Lanvin, dévoilent le créateur au travail, racontent l’histoire d’un défilé… et on plonge, non sans un certain vertige, dans le monde d’un magicien de la mode.

Albert Elbaz / Lanvin. Manifeste
Albert Elbaz / Lanvin. Manifeste
Albert Elbaz / Lanvin. Manifeste

L’atmosphère des deux premières salles y est pour beaucoup. Dans la première pièce, très sombre, de grands panneaux rétroéclairés présentent des clichés, en noir et blanc pour la plupart, des images à la fois floues et graphiques, contrastées et imparfaites.
Des tableaux, réellement.
Dans la salle suivante, on entre quasiment sur un podium et les images saturées des défilés ponctuent nos pas tout au long d’un grand couloir rouge.

Eblouissant !

M.K.

Albert Elbaz / Lanvin. Manifeste